Réouvertures Thermes... Questions & Réponses...

Réouvertures Thermes... Questions & Réponses...

Aix-les-Bains, 9 juin 2020

Le CNETh répond à vos questions dans le contexte du déconfinement des établissements thermaux, autorisé à compter du 2 juin…

CONTEXTE

1 - Les établissements thermaux rouvrent progressivement, entre mi-juin et juillet

Depuis le 2 juin, les établissements thermaux situés en “zone verte” sont autorisés à reprendre leur activité. Soit la totalité des établissements français, hors Enghien-les-Bains. La réouverture des établissements se fait progressivement à compter de la deuxième quinzaine de juin et s’échelonnera jusqu’en juillet compte tenu des délais de remise en service des réseaux d’eau, du contrôle sanitaire imposé par les Agences Régionales de Santé et de mise en place des dispositions liées aux exigences sanitaires, dont la formation des équipes. Pour tout renseignement concernant votre cure thermale, les dates et conditions d’accueil, veuillez vous adresser directement à votre établissement.

2 - Une reprise d’activité préparée en coopération avec les autorités sanitaires

Cette ouverture s’accompagne de mesures qui assurent la sécurité sanitaire du personnel et des patients. Elles sont consignées dans un Référentiel sanitaire qui a été validé par la Direction Générale de la Santé. L’ouverture des établissements thermaux intervient en accord avec la Direction Générale de la Santé et des Agences Régionales de Santé, avec comme premier souci de préserver la santé et la sécurité du personnel et des patients. Toutes ces mesures sanitaires sont exceptionnelles et s’appliqueront jusqu’à leur levée par les Agences Régionales de Santé (ARS) ; les établissements thermaux pourront alors accueillir les curistes comme avant la crise sanitaire.

3 - Des mesures qui garantissent la santé et la sécurité des curistes

Au sein des établissements, des mesures exceptionnelles de sécurité sont mises en place, sans nuire à l’efficacité des soins : port du masque dans l’établissement, distanciation physique, marquage au sol, nettoyage et désinfection des mains, limitation de la fréquentation dans les locaux et dans les bassins, renforcement du protocole de nettoyage et de désinfection des équipements entre chaque curiste, adaptation de certains postes et certains protocoles de soins. Un protocole précis est mis en place pour l’accueil et la réalisation des soins, qui commence dès la prise de contact avec le curiste : avant son arrivée, le curiste vérifie que ses antécédents et son état de santé ne contre-indiquent pas la cure. En cas de doute, l’avis du médecin traitant ou du médecin thermal doit être recherché. Afin d’assurer l’application des mesures sanitaires, tout le personnel bénéficie d’une formation « prévention et gestion du risque COVID-19 ». Une cellule Covid-19 pilotée par un référent Covid-19 a été mise en place dans chaque établissement thermal.

4 - Reprendre soin de sa santé

Durant le confinement, de nombreux malades n’ont pas pu prendre soin de leur santé. L’annulation des cures thermales s’est accompagnée pour certains du retour des symptômes : douleurs articulaires liées à la séde

ntarité, réapparition d'eczéma ou de psoriasis, asthme dû aux allergies ou à la pollution, reprise de poids, ... Après plusieurs mois de confinement, l’ouverture des stations rime avec la reprise d’un traitement efficace, en particulier pour les maladies chroniques dont le suivi s’est interrompu dans de nombreux cas. Cette crise sanitaire a eu un impact sur chacun d’entre nous avec parfois des séquelles physiques, liées par exemple au télétravail dans un contexte mal adapté (mal de dos, burnout, fatigue, etc.), ou psychologiques, avec des angoisses et une forme de stress posttraumatique (anxiété, troubles du sommeil, etc.). La cure thermale propose des prises en charge particulièrement adaptées à ces maux : cures spécifiques selon les pathologies, soins quotidiens, bienfaits des eaux thermales, éloignement de l’environnement professionnel et familial, écoute des soignants… dans un environnement où la nature n’est jamais loin.

FOIRE AUX QUESTIONS...

  • L’établissement thermal est-t-il un lieu à risque ? Le virus n’est pas présent de manière intrinsèque dans l’eau minérale, ni dans ses dérivés gaz, vapeurs et boues thermales. Avec des mesures barrières observées, renforcées par des protocoles de désinfection des postes de soin entre chaque curiste, le risque COVID est limité. En outre, chaque curiste bénéficie d’un encadrement médical (médecin prescripteur et médecin thermal) qui permet d’assurer une surveillance régulière de son état de santé. Il faut aussi rappeler que les établissements thermaux ont une longue tradition et culture de prévention du risque sanitaire. Leurs personnels y sont formés d’une façon générale et systématiquement dans le cadre de la crise sanitaire.

  • Est-il déconseillé de faire une cure pour certaines personnes plus à risque ?

    Certaines personnes, du fait de leur âge, de leur pathologie ou de leur état de santé peuvent être considérées comme sujets à risque de développer une forme grave de Covid-19. Cependant, cela ne constitue pas une contre-indication absolue à la pratique de la cure thermale dans le contexte de la crise sanitaire. Il revient au médecin prescripteur puis au médecin thermal d’évaluer le rapport bénéfice/risque du traitement thermal.

  • Peut-on faire une cure si on a été atteint de la Covid-19 ?

    Les patients qui ont contracté le SARS-CoV-2 pourront être accueillis à partir du 8e jour suivant la levée de leur confinement et s’ils ne présentent plus aucun symptôme. Dans tous les cas, ils seront invités à prendre l’attache du médecin prescripteur et/ou du médecin thermal afin de valider/d’invalider leur venue en cure aux dates envisagées.

  • Pourquoi ne pas faire prendre la température à l’entrée de l’établissement ?

    La prise de température n’est pas considérée comme un indicateur fiable de la contamination. Elle peut induire de faux négatifs ou de faux positifs et engendrer un sentiment de protection propice au relâchement de vigilance dans l’application des mesures barrières. Nous comptons ainsi sur la responsabilité individuelle de chacun des curistes. Nous leur demandons de mesurer leur température en cas de sensation fébrile et d’être attentif à tout symptôme pouvant évoquer la Covid-19 – et bien entendu de consulter un médecin en cas de symptômes.

  • Le port du masque est-il obligatoire dans les établissements ? Et pendant les soins ?

    Rappel de la doctrine

      • Le port du masque est recommandé quand il n’est pas obligatoire,

      • Le port du masque est obligatoire lorsque la distance de 1 m de tous côtés ne peut être respectée par l’éloignement ou l’interposition d’une cloison/écran.

        Dans les espaces de soins des établissements thermaux, les circonstances qui ne permettent pas ou rendent difficile le respect de la distanciation physique sont nombreuses (croisements, zones d’attente, soins impliquant le contact ou la proximité entre soignant et soigné) ; pour ces raisons, vous êtes invité(e) à porter le masque dès l’entrée de l’établissement.

  • L’établissement thermal fournit-il les masques ?

    Dans tous les cas, il est fortement recommandé d’apporter avec vous un jeu de masques neufs jetables ou plusieurs masques propres en tissu. Si vous n’êtes pas équipé(e) d’un masque à l’entrée de l’établissement thermal, ou si votre masque est manifestement mal entretenu, il vous en sera fourni un, qui en règle générale, vous sera facturé.

  • Comment faire respecter la distanciation physique face à l’affluence dans les établissements ?

    Afin de garantir le respect de la distanciation sociale, la fréquentation maximale instantanée de l’établissement est limitée à 1 personne pour 4 m² de surface ouverte au public. Cette mesure est renforcée dans les bassins (1 personne pour 2 m²). Un marquage au sol, la réorganisation des flux de circulation lorsqu’elle est possible, ou le port du masque permettent d’assurer la sécurité des curistes.

  • Les massages sont-ils dispensés ?

    Oui, mais le port du masque est obligatoire pour le curiste et le masseur-kinésithérapeute. Le masseur-kinésithérapeute est en outre équipé d’une visière assurant la protection des yeux, du nez et de la bouche (non requise lorsque le massage est réalisé avec un baume thermal). Les massages peuvent être réalisés sans gants, sous réserve d’un nettoyage des mains et de l’avant-bras du thérapeute au début et à la fin de la séance.

  • Quelles sont les mesures prises dans les bassins ?

    Les bassins sont nettoyés et désinfectés, en général par chloration et il est bien établi que le coronavirus ne survit pas dans un milieu chloré. En outre, la fréquentation des bassins est limitée à 1 curiste pour 2 m² et la distance physique de 1 m entre les baigneurs doit être observée ou alors un écran physique doit être interposé. Si les conditions permettent la distanciation physique entre les curistes dans les bassins, le port du masque n’est pas obligatoire. Pour les soins de rééducation en bassin (mobilisation) ou les soins de douches de forte pression sous immersion (trombes), des mesures seront mises en place comme la vacance d’un poste sur deux ou l’installation de cloisons.

  • Les soins collectifs sont-ils maintenus ?

    Les soins collectifs sont maintenus dans la mesure où la distanciation sociale est respectée. Les soins potentialisant la diffusion du virus par vaporisation/aérosolisation, sont suspendus pour tous les patients et dans toutes les orientations thérapeutiques. Pour plus de renseignements, veuillez contacter votre établissement thermal.

Référent sanitaire Thermalisme - Source : CNEThMédecinethermale.fr . 2 Juin 2020